<span class="entry-title-primary">#SUN</span> <span class="entry-subtitle">@sun_trace</span>

Sun.vidyakelie.com

Dans le numérique les traces sont stockées ailleurs que dans le visible. Le trajet de l’information pour afficher sur cette carte les localisations des #sunny postés sur Instagram en temps réel s’apparent ici au trajet de la lumière solaire sur la terre.

sun.vidyakelie.com est une piece de Net-art contemplative, participative et interactive qui répertorie en temps réel, les Hashtag #SUNNY postés sur Instagram. 

 

Lumière digitale

Palimpsestes #SUNNY

La définition du palimpseste implique un effacement du canevas pour proposer un nouveau visuel. Ici, les Hashtags stockés sur les serveurs de Facebook sont une trace indélébile ; Une superposition avec des théorèmes physiques s’opère alors et vient dévoiler une réalité mathématiques aux comportement des humains avec leurs téléphones.

Ainsi, le tore énergie libre ou la suite de Finobacci valident une cohérence humaine internationale.

Note de l’artiste sur www.sun.vidyakelie.com:

Dans cet écosystème contemplatif, l’internaute est mis au défi, mais pour une oeuvre d’art.

Dans la consommation internet chaque action est comptabilisé et souvent vendue. Les « follow » sur un compte instagram ou un « like » sur un post alimente l’ économie du numérique. Ici nous activons la méfiance autour de la géolocalisation. Signaler sa position permet de personnaliser son environnement, les villes de Shangai et Tokyo affichent des publicités personnalisés sur les vitrines à notre passage.

Les musées et l’Art doivent trouver leur place dans cet écosystème. Le projet #sun est une réponse directe et vient quérir la participation de l’internaute comme un visiteur de musée interactif.

Les points sur cette carte sont les « #sunny » taggés par des millions d’internautes par jour. Dans un but autre que de se lier par amour du soleil, l’excentricité des photos selfies exhibées sur ce Htag est une réalité bien différente de ce que l’on pourrait imaginer pourtant ils existent et font partie de notre réalité.
L’artiste à décidé que ces « soleils » viendraient flirter avec la tangibilité.

Ici, la cartographie permet d’utiliser la technique de conservation et d’archivage géographique comme un calque*  sur lequel apparait les connexions des internautes à un besoin commun en vitamine D et en culture. Ces lignes représentent ces liens qui deviennent comme un tissage nécessaire dans l’omniprésence des transactions ondées et financières.

Dans le déploiement de ces interrogations, une liste de fonctionnalités fabuleuses apparait quand on se géolocalise :

Le site déploie alors en temps réel des nouvelles trajectoires à vol d’oiseau permettant d’atteindre le dernier point ensoleillé localisé par l’algorithme.

Comme une porte de musée, ce premier bouton est une porte à franchir pour participer à un changement de trajectoire en temps réel. Cet engagement proche du street-art participe à une définition nouvelle et collective du réseau pour proposer l’integration de l’ensoleillement dans nos déplacement urbains.

Le second bouton est un GPS qui calcule la trajectoire à pied la plus rapide pour atteindre le soleil le plus proche. Les traces #sun (parcs, terrasses, lieux de rencontre, centre d’art?… ) récoltées par notre site sont différentes des #sunny et permettent de profiter de rencontres dans ces lieux accessibles physiquement. Il est possible de les rejoindre.

*La carte chez deleuze et Guattari [Archive 2010] Conférence de Manola Antonioli du Collège international de philosophie)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *