L'EMPLOI DU TEMPS

L’EMPLOI DU TEMPS CLIP - INTENTION -

J.HIGELIN

L’EMPLOI DU TEMPS

CLIP – INTENTIONS (extrait)

MARC OBIN & VIDYAKELIE JUGANAIKLOO

IDÉE
L’idée, pour ce clip, est de proposer une histoire en mouvement inspirée des contes griots, contée par un homme / une femme totalement masquée d’un costume tribal et fantastique, aux allures d’un shaman qui danse au rythme de la chanson, pour finir en transe, avec d’autres danseurs / danseuses eux-aussi en costumes tribaux dans un premier temps, puis dénudés avec sur leurs corps des tatouages de squelettes, leur donnant une allure d’un effeuillage régressif.
Le tout, filmé en noir et blanc, dans un décor unique, comme une grande pièce immense, ou la lumière vient découper les corps et les costumes inquiétants dans de grandes ombres portées sur le sol, pour donner l’impression d’une grande fresque shamanique quasi abstraite et organique.

COSTUMES
Le shaman et les danseurs ont leur propres costumes à créer, inspirés d’un mélange de costumes africains, turcs, aztèques ou autres peuples ancestraux. Le costume doit être mythique, ancestral et impressionnant. (VOIR IMAGES JOINTES)

LUMIÈRE
Le clip serait tourné uniquement en noir et blanc, avec des lumières franches et contrastées, de larges zones d’ombres et de lumière.
La lumière projetée sur un immense décor nu et brut permettra de créer, à partir des costumes, des ombres portées au sol, terribles et mystérieuses.

DÉCOUPAGE
Plus précisément, on pourrait découper l’histoire / le conte en 3 parties :

I. Introduction. Sur la partie rythmique avec la voix du début, sur les premières paroles. Une bouche en très gros plan qui parle vite, désynchronisée avec les mots.
II. On coupe pour découvrir une homme ou une femme masqué(e), au centre d’un décor nu délimité uniquement par une zone circulaire de lumière au sol.
III. Le montage alterne entre la bouche en gros plan et le Shaman qui danse, dont les mouvements deviennent de plus en plus énergiques
IV. En Cut, comme sur un autre décor, mais représenté lui aussi symboliquement d’un cercle lumineux au sol, des hommes et des femmes en costumes dansent à leur tour au rythme de la chanson et de la scansion des mots
V. La danse de la Nature : La nature est aussi filmée en mouvement, des plans d’arbres secoués par le vent, montés en boucle, donnant ainsi des sensations étranges de mouvements répétitifs.
VI. Le montage alterne entre les 4 plans qui s’entremêlent de plus en plus fiévreusement, passant d’une bouche qui conte, d’un shaman qui convulse presque, des danseurs d’abord costumés puis nus aux tatouages squelettiques, et des gros plans colorés et délocalisés dans un paysage naturel.

Le clip, comme les contes griots, s’accélère et tourbillonne jusqu’à la transe à laquelle nous amène la chanson, nous plongeant dans un vertige sensoriel et contemplatif à la fois organique et abstrait, comme ces images résiduelles lorsque l’on ferme les yeux après les avoir exposer à une forte lumière.